© 2018, SOLUGEN
Partager
en fr

Le phosphore : un incontournable dans la fertilisation des sols

Nutriment essentiel aux plantes, au même titre que le potassium et l’azote, le phosphore n’est cependant pas facilement disponible naturellement car sa concentration dans les sols est faible ainsi que sa solubilité. On le trouve sous forme organique dans la matière organique du sol, et sous forme inorganique essentiellement dans les sols acides.

L’apport en phosphore favorise la vigueur des plantes au démarrage et stimule la croissance du système racinaire qui ainsi va plus rapidement explorer les réserves en phosphore du sol.

Le phosphore joue un rôle important pour au développement des plantes. Il contribue entre autres au transport de l’énergie dans les cellules. Le phosphore stimule en outre, la floraison et la fructification. Il permet aussi aux plantes de mieux résister aux effets du gel. Sans lui, la production agricole ne serait pas possible. Les plantes absorbent le phosphore dissous dans la solution du sol.

Une ressource limitée et des sols saturés : un paradoxe

Le phosphore minéral est une ressource limitée. Les roches phosphatées exploitables se concentrent en quelques endroits: le Maroc la Chine, l’Afrique du Sud et les États-Unis.

Parallèlement à cette situation, l’accumulation du phosphore disponible dans le sol qui résulte de l’apport de fertilisants tend à saturer les sols de certaines régions à forte densité de cultures. Les apports d’engrais phosphatés minéraux et l’épandage des lisiers et fumiers sont souvent trop importants par rapport à la capacité d’absorption des plantes.  Le phosphore résiduel, augmente ainsi le niveau de phosphore du sol, notamment dans la partie arable. Lorsque les conditions sont favorables à l’érosion du sol le potentiel de risques pour le phosphore dissous ou fixé aux sédiments d’être transporté jusqu’aux cours d’eau augment et par les risques d’eutrophisation des plans d’eau aussi.

Des conséquences pour les éleveurs de porcs

Dans les zones aux sols saturés en phosphore la règlementation limite l’usage de fertilisants phosphoré ainsi que l’épandage de lisiers et fumiers.

Le 13 mai 2004, le gouvernement du Québec a annoncé ses orientations sur le développement durable de la production porcine en s’engageant à « mettre en place des mesures pour que le développement de la production n’excède pas la capacité du milieu récepteur, plus particulièrement dans une perspective de gestion intégrée de l’eau par bassin versant.

Dans ces zones saturées en phosphore il en résulte une gestion plus complexe des lisiers. En effet, les producteurs doivent trouver des receveurs de plus en plus distants ce qui accroit les frais de transport, ainsi que les couts d’opération en général.

Une solution environnementale – Solugen partenaire de la filière porcine

Solugen, spécialiste en traitement des eaux contaminées et en traitement de lisier, apporte une solution à cette problématique.  Lors de la première étape du traitement du lisier nous séparons la fraction solide de la fraction liquide. Cette partie solide comporte environ 30 % de matières sèches et représente 10 % du volume initial de lisier. Il est à noter que 85 % du phosphore initialement contenu dans le lisier se retrouve dans la fraction solide. Nous disposons donc d’un pourcentage important de phosphore dans un volume limité, beaucoup plus facile à transporter et surtout moins coûteux. La gestion du phosphore et son utilisation est donc optimisée.

 

Sources

https://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/10/agriculture/content/terres_et_environnement/durabilite_environnement/phosphore.html

http://espace.inrs.ca/id/eprint/1362/

http://www.environnement.gouv.qc.ca/eau/bassinversant/capacite-phosphore.pdf