© 2018, SOLUGEN
Partager
fr

Gaz à effet de serre – production porcine, peut-on faire mieux ?

Les gaz à effet de serre

La couche atmosphérique des GES contribue normalement au maintien d’une température planétaire moyenne de 15 o C et évite qu’une partie de cette chaleur ne se diffuse dans l’espace. Dans des conditions naturelles d’émissions les GES protègent donc la planète d’une température trop basse qui serait nuisible au développement de la vie. Il est estimé que sans la couche naturelle des GES, la température moyenne de la terre serait de l’ordre de – 20 o C.

La vapeur d’eau, le méthane, le dioxyde de carbone et le protoxyde d’azote sont les principaux gaz à effet de serre. Certains, comme le CO2, ou le protoxyde d’azote ont une durée de vie supérieure à 100 ans. Les activités humaines de tous ordres ont depuis une centaine d’années contribué à augmenter les émissions de GES qui ont amorcé le processus actuel de réchauffement climatique.

Une part importante de ces émissions de GES est directement liée à l’alimentation des êtres humains. Il convient bien entendu de définir ce que l’on entend par alimentation :

  • Élevage
  • Pêche
  • Agriculture et déforestation pour certaines cultures
  • Transport
  • Transformation des aliments
  • Conditionnement
  • Distribution

Les émissions de GES consécutives aux activité humaines absorbent la chaleur du soleil , piègent le rayonnement infrarouge émis par la terre et sont responsables des changements climatiques par l’augmentation de leur concentration dans l’atmosphère. Entre 2005 et 2016, une hausse de près de 19 % des émissions mondiales a été enregistrée, la majeure partie de ces augmentations provenant des pays industrialisés et en développement. Le principal GES est le dioxyde de carbone (CO2), notamment émis lorsque l’on brûle des carburants fossiles (ex. : essence, diesel, mazout, gaz naturel). En agriculture, le méthane (CH4) est le principal GES, issu de la digestion des animaux, des fumiers et lisiers, ainsi que les émissions d’azote sous forme d’oxyde nitreux (N2 O) découlant de la fertilisation des champs.

Agriculture et GES

Alors que les activités industrielles et la combustion des carburant fossiles jouent un rôle majoritaire dans les émissions de GES il est estimé que l’agriculture, à l’échelon mondial et notamment l’agriculture intensive, représente près d’un quart des GES libérés dans l’atmosphère.

Au Canada l’agriculture représente environ 10 % des émissions de GES anthropiques dont la moitié provient de l’élevage, tous types confondus (avicole, porcin, bovicole, et ovicole).

Le bilan carbone de la filière porcine au Québec

La filière porcine québécoise fait bonne figure dans le domaine des émissions de GES. Selon la Fédération des Éleveurs de Porcs du Québec l’élevage de porcs ne serait responsable que de 7,6 % des émissions de gaz à effet de serre générées par l’agriculture au Québec. Notons que cette production compte pour près d’un tiers du produit intérieur brut québécois issu du secteur agroalimentaire.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la production porcine québécoise, avec un bilan carbone 31 % plus bas que la moyenne mondiale vient en tête en termes de performance environnementale de toutes les régions productrices de porcs du monde.

Le bilan carbone prend en considération toutes les étapes de la production porcine, de la production de grains jusqu’à la transformation. Les résultats obtenus en 2016 attestent que le bilan carbone de la production porcine québécoise est demeuré pratiquement inchangé par rapport à 2010 : une augmentation de 0,4 % sur 5 ans ; le bilan carbone étant passé 4,20 à 4,22 kg CO2e/kg porc carcasse.

Peut-on faire mieux ?

Les émissions de GES dans la production porcine sont d’origine diverses et varient selon certains paramètres :

  • Type d’alimentation
  • Types de bâtiments d’élevage
  • Fosses à lisier couvertes ou non
  • Pratiques d’épandage
  • Gestion du lisier en général, etc.

L’alimentation des porcs occupe une place importante dans le bilan carbone de la production porcine.  La culture des grains, l’utilisation de fertilisants, la machinerie agricole, le transport du lisier, son épandage sont autant d’activités et de pratiques qui génèrent des gaz à effet de serre.

Les deux postes principaux sont :

  • L’alimentation : près de 50 % des émissions
  • La gestion du lisier : 37 % des émissions

À la question peut-on faire mieux ? La réponse est oui.

Une des solutions, en parallèle à une alimentation optimisée, et une modernisation des structures d’élevage, est une refonte de la gestion conventionnelle du lisier.

Solugen propose une solution pragmatique, écoénergétique, et éprouvée qui traite le lisier en continu, en le pompant à partir de la pré fosse, pour en extraire eau pure et fertilisants biologiques.  Il n’est donc plus nécessaire de l’entreposer dans des fosses, ni de l’épandre.  Les fertilisants extraits du procédé sont ainsi mieux gérés, notamment l’azote ammoniacal qui est produit sous forme liquide et dont l’usage évite ainsi une volatilisation importante lors de l’épandage traditionnel.  Ce fertilisant biologique peut ainsi être commercialisé auprès de l’agriculture biologique dans un contexte d’économie circulaire.

Une ferme dotée de la technologie Solugen, verra ses émissions de GES générées lors de l’entreposage et l’épandage du lisier diminuer de 90 à 95 %.Pour une ferme qui produit 10 000 tonnes de lisier par an, la quantité de GES éliminée correspond à 572 t CO2 eq. À titre de comparaison, une automobile en Amérique du Nord qui roule 20 000km par an génère environ 4,2 t CO2 eq.

 

Sources :

https://www.thepigsite.com/articles/greenhouse-gas-emissions-and-the-swine-industry

https://lpelc.org/what-greenhouse-gases-are-emitted-by-pig-farms/

https://www.agrireseau.net/porc/documents/Fiche%20FPPQ_FR.pdf

http://www.accesporcqc.ca/nsphp/portail/publications/pub_dl.php?dir=486&download=exploitationporcineetgazaeffetdeserremars2009.pdf

https://ifip.asso.fr/fr/mots-cl%C3%A9s/gaz-%C3%A0-effet-de-serre

http://www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/swine/facts/info_mn_quality.htm

https://www.leseleveursdeporcsduquebec.com/46-7-production-responsable-performance-environnementale.html

Related posts